LE PDU : DEFINITION

Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) définit les principes d’organisation de transport des personnes et des marchandises, de la circulation et du stationnement sur une période de 10 ans.

Il propose des actions devant concourir d’une part à stabiliser, voire diminuer l’usage de la voiture et autres modes de déplacements motorisés et individuels, et d’autre part à développer l’usage du vélo, de la marche à pied, des transports collectifs.

Par ailleurs, le PDU traite des enjeux en matière d’économie d’énergie, de limitation des émissions de gaz à effet de serre ou encore de réduction des impacts des déplacements sur le cadre de vie et les espaces naturels et ce pour tendre vers une démarche plus volontaire à travers une évaluation environnementale désormais obligatoire.

En cohérence avec le PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial), le Plan de Déplacements Urbains a été arrêté le 30 avril 2019 par le conseil communautaire ; il a pour objectif de faire passer la part modale de l’automobile de 71% (enquête 2015) à 63% (horizon 2030). Cette ambition s’appuie principalement sur les déplacements de courte distance, pour lesquels la CARENE souhaite inverser la logique ; 55% des déplacements de moins de 3 km sont effectués en voiture et 40% en mode doux, demain il convient que 55% le soient à pied ou à vélo, et 40% seulement en voiture. Globalement cet objectif se décline par le développement

  • Du vélo (2% actuellement, 6% visés)
  • De la marche à pied (20% actuellement, 22% visés)
  • Du transport public (6% actuellement, 8% visés)

Ainsi la stratégie de mobilité du territoire repose sur 5 défis majeurs :

  • Renforcer l’accessibilité du territoire à grande échelle, tant pour les personnes que pour les marchandises,
  • Garantir le territoire du quart d’heure
  • Accompagner le changement d’habitude et de comportement, en lien avec les enjeux de transition écologique
  • Enclencher les coopérations, non seulement territoriales mais aussi institutionnelles
  • Adopter une posture d’innovation et d’expérimentation

TEMOIGNAGE 

« Depuis 2008, l’agglomération a opéré un véritable tournant dans sa prise en compte des enjeux de mobilité. Un nouveau cap a été fixé pour améliorer le réseau avec une ligne structurante. Dès sa mise en service, le bus à haut niveau de service hélYce a été un succès. La dynamique lancée, il a alors été possible d’aborder la notion de mobilité de manière plus large en proposant de nouveaux services comme une ligne mutualisée qui dépasse les frontières de l’agglomération, un meilleur cadencement de certaines lignes pour plus de lisibilité, le prolongement de lignes de bus et également de nouveaux services vélo avec vélYcéo.   

L’adoption ce printemps de notre PDU, véritable feuille de route pour les dix ans à venir, simultanément avec celle de notre PCAET et de notre PLUi, va nous permettre d’agir en cohérence sur de nombreux leviers pour faire diminuer la part modale de l’automobile individuelle de 71% à 63%. Aujourd’hui, sur notre agglomération 40% des déplacements de moins de 1km se font en voiture. Il ne s’agit pas, pour nous, de bannir l’automobile mais d’offrir des alternatives sérieuses et de qualité. C’est pourquoi nous allons renforcer notre réseau de transport avec une nouvelle ligne hélYce, faciliter la pratique de la marche et renforcer notre accompagnement de la pratique du vélo par exemple. Nous en sommes convaincus et notre futur PDU en est l’illustration : une meilleure organisation de la mobilité a un impact direct sur l’environnement et la qualité de vie. Avant la mise en place de la ligne hélYce, 15 000 voitures empruntaient l’Avenue de la République, elles sont aujourd’hui moins de 10 000 et l’association Air-Pays-de-la-Loire le confirme : la qualité de l’air y est désormais satisfaisante ».

Jean-Jacques Lumeau, 1er Vice-président de la CARENE

LES PIÈCES CONSTITUTIVES DU PDU ARRÊTÉ EN CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 30 AVRIL 2019

Le dossier est susceptible d’évoluer jusqu’à son approbation pour tenir compte des avis des Personnes Publiques Associées et des conclusions de la Commission d’Enquête. La version définitive du PLUi est prévue d’être approuvée lors du Conseil Communautaire du 04 février 2020.